Contrats aidés : mettre fin aux contrats précaires pour développer des emplois durables.

September 13, 2017

 

 

Contrats aidés : mettre fin aux contrats précaires pour développer des emplois durables, tout en prenant en compte l’urgence sociale.

 

1) Rétablissons la vérité :

 

La loi de finances initiales 2017 (votée en dernière lecture en décembre 2016 par la majorité de François Hollande) prévoyait 280 000 contrats aidés.

 

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a souhaité, afin de ne pas supprimer brutalement cette aide, porter cette enveloppe à 310 000 / 320 000 contrats aidés pour 2017, soit entre 30 000 et 40 000 emplois aidés de plus que ce qui avait été prévu par l’ancien gouvernement.

 

11 000 contrats aidés pourront donc être prescrits au second semestre dans notre région (4040 dans le secteur non marchand - 1738 seront affectés dans les Bouches-du-Rhône à l’Éducation nationale). Le gouvernement a ainsi identifié 4 priorités pour leur affectation : accompagnement des élèves en situation de handicap, urgence sanitaire et sociale, l’outre-mer, les communes rurales.

 

C’est un véritable effort budgétaire qui a été fait. Ces contrats n’étaient, et je souhaite le rappeler, pas prévus au budget de l’État.

 

2) Rompre avec les pratiques anciennes :

 

Il est important de rappeler que les contrats aidés sont précaires (limités dans le temps), ils servent de contrats d’ajustement et sont trop rarement transformés en emplois pérennes.

 

Ce sont des emplois subventionnés qui font provisoirement baisser le taux de chômage. Cette mesure était utilisée pour « réguler » le chômage, pour atténuer les mauvais chiffres publiés par l’INSEE. Il est temps d’arrêter de faire semblant de résoudre un problème et de s’attaquer réellement, comme le souhaite la majorité présidentielle, aux véritables causes du chômage structurel.

 

Les politiques publiques doivent être au service des français, de notre pays, et non au service des responsables politiques. Cette pratique est révolue.

 

3) Ce que nous allons faire aujourd’hui:

 

Même si le dispositif des contrats aidés est révisé, il faut prendre en compte aujourd’hui les besoins des structures qui en bénéficient d’une part et la situation sociale des personnes sous contrat. Il serait malhonnête de ne pas reconnaître que certaines personnes très éloignées de l’emploi ont pu, par ce dispositif, retrouver un travail, développer des compétences et l’estime d’eux-mêmes qui l’accompagne.

 

C’est pourquoi, la révision du dispositif des contrats aidés est un recentrage afin d’en optimiser l’efficacité en les ciblant en priorité vers les bénéficiaires les plus éloignés du marché du travail et là où ils sont indispensables à la cohésion sociale et territoriale de notre pays.

 

Parmi les 4040 CAE dans le secteur non marchand, 41% concerne l’Éducation Nationale et sont ciblés sur les AVS pour l’accompagnement des élèves en situation de handicap. A cette fin, 400 contrats d’Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap (AESH) ont par ailleurs été créés pour le département.

 

En outre, une étude au cas par cas sera menée pour envisager le maintien éventuel de certains contrats là où la situation le justifie.

 

Enfin, nous allons mettre en place un plan d’accompagnement pour les bénéficiaires des contrats aidés qui ne seraient pas reconduits. Ce qui leur permettra, entre autres, de leur donner la priorité en termes de formation professionnelle.

 

Pour cela, le préfet des Bouches-du-Rhône, va demander à Pôle Emploi de convoquer systématiquement les personnes dont les contrats arrivent à échéance, afin de leur proposer de manière prioritaire une formation qualifiante ou un reclassement.

 

Notons que le plan de formation des demandeurs d’emploi, qui a été reconduit pour le 2nd semestre 2017 pour réaliser 70 000 formations supplémentaires et atteindre 200 000 formations pour l’année 2017.

 

D’importantes réformes telles que la réforme engagée du droit du travail et celle, à venir, de l’apprentissage et de la formation professionnelle… devront donner à la France toutes les chances de lutter efficacement contre les causes du chômage structurel.

 

Parfaitement consciente des enjeux et des conséquences de cette révision sur mes concitoyens, j’ai demandé à travailler très étroitement avec le Pole Emploi La Blancarde et les services de l’état sur ce dossier.

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents

Création d’un droit à la déconnexion des enfants au sein de l’école.

07/06/2018

1/8
Please reload

Archive
Please reload

Suivez moi
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

1, rue des Orgues

13004 Marseille

cathy@racon-bouzon.fr

04 91 22 79 18

  • https://www.facebook.com/REM13circo5
  • https://twitter.com/raconcathy?lang=
  • Grey YouTube Icon
  • Grey LinkedIn Icon

© 2017 Cathy RACON-BOUZON